fb pixel

Les contes

Avec affection et nostalgie, nos grands-parents nous racontent le passé, les grandes joies qui naissent de gestes simples, les jours passés à travailler dans les champs et les croyances qui ont accompagné leur enfance. En hiver, ils se réunissaient autour de "l'allu cantune" (cheminée ancienne) pour raconter des histoires et des anecdotes, des "cunti" (contes) et des "culacchi" (des histoires concernant souvent le pape Galeazzo), parfois aussi des histoires qu'ils inventaient ; et toute cette richesse a été transmise aux générations suivantes. L'un des protagonistes de ces histoires est le Scazzamurrieddhu (connu dans la région sous différents noms : Laurieddhri, Carcaluri, Mininceddhri, Sciacuddhri et Rumpicuperchi). C'est un petit lutin espiègle, bedonnant mais agile qui n'apparaît que la nuit, perturbant le sommeil de ses pauvres victimes de diverses manières, par exemple en sautant sur leur poitrine jusqu'à leur couper le souffle. Il tourmente également les paysans en emmêlant la crinière et la queue des chevaux. La seule façon de maîtriser le lutin est de voler son chapeau pour lequel il est même prêt à donner quelques pièces. Pour le conquérir, il faut lui donner une paire de chaussure (il est nus pieds et vêtu d'un costume couleur tabac), ou mettre des cailloux dans ses propres chaussons. Il vous remercie en révélant les cachettes de trésors. Il pose également une question à ses victimes : "Est-ce que tu veux des tessons ou de l'argent ?". À ceux qui répondent "de l'argent", il donne des tessons et à ceux qui répondent "des tessons", il donne de l'argent.